Transitional Justice & Historical Redress : Une série spéciale sur les injustices historiques découlant de l’esclavage et du colonialisme

DécolonisationNord

Tout au long des prochaines semaines, ASF publiera une série d’articles qui examineront les défis et les questions que soulèvent l’essor récent de processus visant à offrir une réponse aux injustices historiques découlant de l’esclavage et du colonialisme, en particulier dans le sillage du mouvement Black Lives Matter. Cette série spéciale le fruit d’une collaboration entre Avocats Sans Frontières et le Leuven Institute of Criminology.

Des premières initiatives, pour la plupart encore balbutiantes, voient le jour dans les anciens pays colonisateurs. C’est surtout le cas dans les contextes de colonialisme de peuplement, probablement parce que les séquelles durables du colonialisme et les injustices historiques sont encore plus visibles et perceptibles aujourd’hui dans ces pays. Le Canada, l’Australie et les pays nordiques ont tous mis en place, ou sont en train mettre en place, des commissions de vérité et de réconciliation pour réparer les préjudices causés aux populations autochtones. Aux États-Unis, des appels ont également été lancés pour engager un processus de vérité et de réparation pour adresser l’esclavage et la violence raciale.

Plus récemment, nous avons également assisté à une intensification des débats politiques au sujet des mesures de réparation et de justice à implémenter pour faire face aux préjudices et injustices coloniales dans les pays qui ont été impliqués dans l’exploitation esclavagiste et le colonialisme commercial. Le Royaume-Uni, par exemple, s’est engagé dans des actions en justice et des négociations de réparation pour la répression de l’insurrection des Maï-Maï au Kenya, tandis que l’Allemagne a négocié avec la Namibie un accord de réparation, très critiqué, pour le génocide des Herero et des Nama. Diverses commissions d’enquête ont été mises en place en Belgique, en France et aux Pays-Bas afin d’étudier les séquelles du colonialisme et de proposer des mesures pour y remédier – ce qui a souvent donné lieu à de vives controverses sur la question des réparations et des excuses.

Ces développements ont suscité des réflexions, tant dans les milieux universitaires que politiques, sur le potentiel rôle que la justice transitionnelle peut jouer pour rendre justice et réparer les injustices historiques et durables qui découlent du passé colonial. Traditionnellement, la justice transitionnelle fait référence à une série de mesures et initiatives mises en place dans des pays ayant connu des conflits armés ou des régimes répressifs pour offrir une réponse aux violations des droits humains et aux injustices du passé. Mobiliser la justice transitionnelle en tant que mesure de réponse aux préjudices coloniaux implique donc d’élargir les limites traditionnelles de la justice transitionnelle, notamment en envisageant son application dans les pays occidentaux et en élargissant les conceptions d’ »injustices » et de « responsabilités » qu’elle mobilise. Cela nécessite également une réflexion critique sur l’ancrage de la justice transitionnelle dans des cadres normatifs et politiques postcoloniaux. Sans engager cette réflexion, la justice transitionnelle peut se rendre coupable de perpétuer les injustices structurelles et les déséquilibres de pouvoir qu’elle entend pourtant combattre.

Les contributions à cette série spéciale examinent certains des défis et des questions que toutes ces initiatives et réflexions soulèvent. Elles s’interrogent notamment sur l’adéquation de la justice transitionnelle en tant que cadre de traitement du passé colonial et sur le type de modèle de réparation historique que la justice transitionnelle peut offrir. S’appuyant sur les expériences de divers pays, les articles s’interrogent sur l’efficacité des mécanismes de justice transitionnelle bien établis – commissions de vérité, réparations, procès, commémoration, garanties de non-répétition – pour rendre justice et réparer les injustices historiques et durables, ainsi que pour traiter les traumatismes intergénérationnels hérités du colonialisme. Ce qui ressort de ces réflexions, c’est que si la justice transitionnelle peut être utile pour la réparation historique, elle se heurte à des contraintes politiques (comme c’est aussi souvent le cas pour la justice transitionnelle appliquée dans des contextes plus paradigmatiques) et nécessite un remodelage de ses cadres normatifs et idéologiques.

Solidarité Internationale – Commune d’Etterbeek

Ce projet bénéficie du soutien du service Solidarité Internationale de la commune d’Etterbeek.

Leuven Transitional Justice Blog

Tous les articles de cette série spéciale sont également disponibles sur le Leuven Transitional Justice Blog.





More

Justice ExPEErience : quoi de neuf ?

Le développement économique au service, et non au détriment, des droits humains

Le dernier rapport annuel d’ASF est disponible !